Orange Institute #24

Canada – Montreal

2019 November 4 – 8

Montréal – Canada
Comment Montréal est-elle devenue le 1er hub mondial, en matière d’Intelligence Artificielle ?

Au cours des rendez-vous organisés durant ces 4 jours, nous avons pu constater avec envie une ville qui attire un volume de capitaux étrangers équivalant à 2,5 milliards de dollars en 2018, directement responsables de la création d’environ 6 000 nouveaux postes qualifiés. Les Montréalais se targuent par ailleurs d’un taux de chômage inférieur à 6 % et d’une situation de plein emploi, notamment dans le domaine des technologies. Bref, une situation qui explique cet état d’esprit extrêmement dynamique, confiant en l’avenir, presque naïf. Par ailleurs, l’État joue un rôle clé dans ce développement. Pour 1 dollar investi par l’entreprise, l’État abonde 3 dollars dans les projets prioritaires. De même, le fort investissement des universités pour attirer les meilleurs profils académiques et les meilleurs talents joue également un rôle moteur dans la croissance du pays.

Des personnalités comme Ugo Cavenaghi utilisent l’IA comme un outil pour révolutionner les apprentissages à l’école et aider les jeunes générations aux défis qui les attendent mais également la formation des cadres en entreprises. En matière d’expériences personnalisées, l’IA s’invite aussi dans les domaines des chatbots (pour une meilleure prise en charge des clients avec Heyday), des objets connectés avec les bracelets Connect&Go qui rendent indolores le processus d’achat ou les assistants financiers comme Flinks capables de vous obtenir un prêt en un clic.

À Montréal, les habitants sont convaincus de l’utilité de l’IA, comme une aide complémentaire précieuse, jamais comme un intrus prêt à prendre la place de l’homme. L’aspect éthique représente le sujet à surveiller. Aujourd’hui IA ne rime pas avec inclusion sociale comme le fait remarquer Valentine Goddard. Il y a des biais culturels, ethniques, économiques laissant pour compte tout un pan de la so­ciété. Par ailleurs, les règles mises en place par les pays occidentaux pour une éthique responsable risquent d’être mises à mal par des pays et des puissances moins scrupuleuses en la matière. Espérons que les GAFA sauront imposer des règles plus respectueuses notamment dans l’utilisation des données. Mais rien ne pourra se faire sans un accord des pays à l’échelle mondiale et comme le dit si justement Pierre-Marc Johnson, ce processus sera long et pénible.

Session #24 : Postbook Canada

Postbook PDF